Festival cinéma

Le Bifff 2018, un grand cru pour la nouvelle équipe

En passant Publié le Mis à jour le

index-7338

Oyez Oyez bonnes gens !!! Le 36ème Brussels International Fantastic Film Festival (https://www.facebook.com/BrusselsInternationalFantasticFil…/)
à refermé les portes de Bozar sur un score…fantastique : 58,000 spectateurs ont levés les yeux vers la grande toile dans une ambiance indescriptible…qui rend même l’expérience d’un mauvais film extraordinaire !

Le taux de fréquentation du BIFFF grimpe avec plus de 4,000 spectateurs de plus que lors de la 35ème édition…résultats encourageants pour la nouvelle équipe !!!

Le BIFFF c’est du sport et pas rien qu’à cause des ZomBIFFF’lympics…enchaîner films, cuvée des Trolls, Q&A, cuvée des Trolls, masterclass, cuvée des Trolls, expo, cuvée des Trolls, body-painting…un p’tit café juste pour retrouver le coin des zombies fumeurs…

Le BIFFF c’est de l’accessibilité, de l’oscarisé à l’underground indépendant en passant par l’Extrême-Orient et l’Europe, tous ces professionnels du cinéma restent proches de leur public…il est touchant de voir des quadras trembler d’admiration après avoir serré la main du grand Guillermo del Toro…des jeunes patienter religieusement pour une signature ou une photo avec le tout aussi grand Lloyd Kaufman…pour ne citer qu’eux…

Le BIFFF c’est une ambiance si particulière, dans les couloirs, au bar, dans les salles, lors des activités qu’on en devient vite accroc’….vivement 2019 !

Alors, tout juste proclamé, y a pas plus frais…..

BIFFF PALMARES 2018

Courts-métrages belges

-Prix Jeunesse : The Day the Dog disappeared (Ruth Mellaerts & Boris Kuijpers)

-Prix SABAM : Het Nest (Matthias De Bondt)

-Prix La Trois : Les Naufragés (Mathieu Mortelmans)

-Prix BeTV : Les Naufragés (Mathieu Mortelmans)

-Grand Prix et Prix Fedex : Lost in the Middle (Senne Dehandschutter)

Court-métrage européen

Belle à croquer (Axel Courtière – France)

PRIX DE LA CRITIQUE

Jury : Didier Stiers, Bjorn Gabriels, Eric Van Cutsem

DHOGS (Andrés Goteira)

7e PARALLELE

jury : Pascal Vandelanoitte, Mathieu Mortelmans, Gaetan Delferière, Koen Monserez

Mention spéciale : THE PLACE (Paolo Genovese)

Prix 7e Parallèle : BLUE MY MIND (Lisa Brühlmann)

COMPETITION THRILLER

Jury : François Troukens, Antoine Bours, Koen Mortier

Mention spéciale : A SPECIAL LADY (An-kyu Lee)

Prix Thriller : MEMOIR OF A MURDERER (Shin-yeon Won)

COMPETITION EUROPEENNE (MELIES)

Jury : Philippe Logie, Marie Manzah, Olivier Imfeld, Michel Nabokoff, Jean-Yves Roubin

Méliès d’Argent : THE CURED (David Freyne)

COMPETITION INTERNATIONALE

Jury : Lloyd Kaufman, Julia Ducournau, Laurent Lucas

Corbeau d’Argent : MON MON MON MONSTERS (Giddens Ko)

Corbeau d’Argent : TIGERS ARE NOT AFRAID (Issa Lopez)

Corbeau d’Or : INUYASHIKI (Shinsuke Sato)

PRIX DU PUBLIC

TIGERS ARE NOT AFRAID (Issa Lopez)

…et la bande-annonce du Corbeau d’Or 2018..

Le BIFFF version 2018 c’est maintenant

En passant Publié le Mis à jour le

Bifff-2018

Habitués de la grosse machinerie du prestigieux Festival de Cannes, vous n’imaginez pas le choc alors que, pour la première fois lors de sa 35ème édition, nous festivalions au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles, connu mondialement sous l’appellation « BIFFF », Brussels International Fantastic Film Festival.
Et pour fantastique, notre dépucelage a été scotchant ! De l’hyper stricte, et aseptisée, organisation cannoise aux inaccessibles personnalités, en passant par les ennuyeux Magritte du Cinéma belge (c’est pas moi qui l’dis c’est Hugues Dayez), nous avons mis les pieds dans un antre de passionnés chaleureux, généreux et….désopilants.
« Venez ! », comme vous invite la voix pas très rassurante de la pub, assister à une des nombreuses projection au BIFFF à l’ambiance inattendue et totalement délirante…je ne vous lacherai pas plus d’info sur ce qu’il se passe dans les salles dès que le film commence, VENEZ !…et vous en redemanderez !
Autre particularité surprenante au BIFFF, comparé à nos expériences cannoises, ce sont les tout aussi nombreux Q&A (questions/réponses) accessibles à toutes et tous pendant les deux semaines du festival…vous pouvez y aller de votre petite question au rélisateur/trice, au producteur, au scénariste voire, à l’image de Guillaume Musso, à l’écrivain dont l’oeuvre est adaptée (« Will you be there » de la sud-coréenne Hong Ji-young).
Du thriller fantastique au film d’horreur en passant par la science-fiction, des zombies, du gore ainsi que des comédies désopilantes venus de partout, la sélection du BIFFF saura vous séduire.
Quoi c’est pas votre genre ? VE-NEZ ! …vous ouvrir, découvrir….je vous avouerai que c’était pas mon truc non plus mais après avoir assisté à un thriller haletant sur le thème « les clés sont dans la bagnole…mon gosse aussi et on est en plein désert » (« Monolith » de Ivan Silvestrini) ; à l’excellent « The Autopsy of Jane Doe » qui mêle thriller, horreur et surnaturel…même que Stephen King vous conseille de ne pas le regarder seul ; au danois « Small Town Killers » d’Ole Bornedal pour lequel la salle a pleuré….de rire, véritable séance d’abdos….mais comment avons-nous pu passer à côté de ce festival si addictif ?
Quand vous avez l’occasion d’échanger avec Rod Smith, producteur de « Eat Local », qui ne comprend pas pourquoi le film se vend un peu partout (France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Moyen-Orient…) alors qu’en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord pas, qui vous demande « maybe to slapstick ? », vous passez un bon moment…
Quand, cuvée des Trolls aidant, vous demandez à Avid Liongoren, réalisateur du très poétique « Saving Sally », si son méchant personnage n’aurait pas une belle tête de bite et qu’il vous répond en dessinant une belle tête de bite dans votre programme « qu’il aime ça »….
Quand, après un bref échange avec le réalisateur atypique néo-zélandais Christian Nicolson sur son improbable « This Giant Papier-Maché Boulder Is Actually Really Heavy », vous êtes encore en contact électronique…d’ailleurs son film sort très prochainement en blu-ray……vous vous dites quec’est définitvement « THE place to be »…
Le BIFFF c’est une sélection internationale de qualité, ce sont des master class, des animations, des concours d’artistes de make-up, et de body-painting stupéfiants…et bien d’autres choses !!!

RDV sur notre page Facebook pour toutes les infos sur place

…sommes au bifff…..venez aussi !

En passant Publié le Mis à jour le

« Loop » du réalisateur Isti Madarasz au 35ème bifff……

En passant Publié le Mis à jour le

Loop-Poster-724x1024

Première soirée au BIFFF…c’est la soirée des premières ! Nous avons jeté notre dévolu sur «  LOOP » (titre original « HUROK »)du hongrois Isti Madarasz qui est, lui aussi, pour la première fois au festival…et à Bruxelles !

Cela faisait un bon bout de temps que cet amateur de boucles temporelles, marqué par la trilogie des « Retour Vers Le Futur » et fan de Spielberg, travaillait sur ce projet : 10 ans !

À l’origine écrit en 29 jours, pour le présenter dans un concours, le script incluait des aliens !

« Cette version-ci est la 155ème ! » dit-il dans un éclat de rire.

Amateur de sci-fi et de films fantastiques, Isti Madarasz à distillé, çà et là dans son film, quelques perles que les amateurs aguerris s’amuseront à découvrir….pour ceux qui découvriraient le genre, on vous offre une référence que vous vous amuserez à chercher : « Twelve Monkeys » de Terry Gilliam……

Pas facile à financer parce « pas assez hongrois » pour les différents producteurs sollicités qui ont finis par lâcher le pognon « pour voir ». Le jeune réalisateur le reconnaît sourire aux lèvres, son film a « beaucoup plus de succès en téléchargement qu’à sa sortie en salle, mais c’est déjà ça ! » .
Et que reste-t-il de ce premier scénario qui s’est fait charcuter pas mal de fois ?
L’histoire d’un dealer de drogue, Adam, qui décide de se la jouer solo et de doubler son employeur alors qu’il apprend que son associée et compagne, Anna, a un polichinelle dans le tiroir.

Ni une ni deux, le mec largue sa nana par vidéo interposée (une bonne vieille VHS !) et se barre…..pour tomber quelques minutes après sur Anna, ensanglantée, VHS en main, qui lui annonce l’avoir vu se faire descendre sur la fameuse cassette… Et c’est parti pour quelques tours de montagnes russes temporelles où l’on en vient inévitablement à se poser LA question : et si cela m’arrivait, qu’est-ce que je changerais ???

Les magyars arrivent dans la sci-fi avec ce casse-tête hongrois temporel !!!

« C’est probablement la meilleure projection à laquelle j’ai pu assister, le public est incroyable quand il interpelle les acteurs…j’étais écroulé quand un gars a crié à l’acteur de fermer la porte en rentrant dans l’appartement d’Adam…c’était complètement fou ! »
Si c’est comme ça à chaque projection, ça y est le virus je l’ai !!!

à demain !

35 ans de bifff…

En passant Publié le Mis à jour le

téléchargement (19)

35 ans…35ans déjà que l’ambiance toute particulière du BIFFF, le Brussels International Fantastic Film Festival (in english dans l’texte), fait frissoner les nuits de la capitale et désarçonne ceux qui ne l’ont jamais fréquenté.

En effet, pas de strass ni paillettes, au diable le tapis rouge, c’est de la « bonne franquette » professionnalisée. On s’y sent bien, presque comme chez soi…c’est certainement cela qui fait son succès : l’ambiance !
Les créateurs ont-ils visé les étoiles en l’appelant « festival » ? Car c »est bien l’atmosphère des ciné-clubs d’antan qu’on y retrouve..et ce n’est pas un hasard. C’est la rencontre d’animateurs-créateurs de ciné-clubs qui a donné naissance aux Nuits du Cinéma.

Freddy Bozzo, alors animateur socio-culturel dans les Maisons de Jeunes, organisait des ciné-clubs à thème un peu partout, George et Guy Delmote faisaient de même. Gigi Étienne (créatrice avec Robert Malengreau et Marcel Croës du Festival du Cinéma Indépendant) se joint à eux. Annie, la sœur de Freddy est de la partie.
Ils amènent tous leurs grains de sel et la recette prend…tout de suite ! La première édition, artisanale s’il en est sur le plan organisationnel, attire plus de 20.000 spectateurs charmés, autant que les invités, par l’ambiance.
Une ambiance que vous ne retouverez nulle part ailleurs….que dans votre salon !…ça chahute, ça crie, ça participe et c’est tellement bon qu’on en redemande.

Pourquoi se rendre au BIFFF… ?…pour vous ouvrir, épanouir votre vision du cinéma mondial indépendant du grand rouleau compresseur des grands studios américains qui ne pensent qu’à votre portefeuille…
Le BIFFF s’est s’autoriser l’étonnement, la surprise, la découverte car vous ne verrez certainement pas ces films ailleurs…qui sont pourtant des avant-premières européennes, internationales…mondiales !…et le BIFFF c’est aussi pour les « Enfantastiques »…nos p’tits chéris ne sont pas oubliés à la fin des vacances de Pâques (qui a dit Printemps ?)…Je ne vais rien dévoiler mais « VENEZ ! »…vos kids s’en souviendront…

Le cinéma et l’amour à l’honneur durant 7 jours à Mons

En passant Publié le Mis à jour le

Depuis plus de 30 ans, le Festival International du Film d’Amour de Mons défend une certaine idée du cinéma, avec la mise en valeur de films
originaux, audacieux et engagés, en provenance de tous les continents. A partir de sa thématique historique qui privilégiait « l’Amour » et le sentiment
amoureux, le festival a progressivement fait évoluer son identité de manière plus large vers des œuvres de cinéma porteuses de regards sur le monde,
sur ses réalités et les relations humaines.
  34c0bb5a-a020-4749-bce9-dd36d7862f75                                                                                                     Organisée autour d’une centaine de longs et courts métrages dont la majorité sont des productions en provenance d’Europe et de pays en
développement, la programmation se veut variée, entre films événementiels et œuvres alliant le plaisir d’un large public et l’exigence du cinéma
d’auteur.
Des avant-premières nationales, deux compétitions de longs métrages, des séances associatives, des conférences, des coups de cœur, un
panorama consacré au cinéma italien et une forte mise en évidence du cinéma belge composent la structure du programme cinéma du FIFA.

Magrittes 2017;tapis bleu pour le cinéma belge

En passant Publié le Mis à jour le

téléchargement (18)

Qui aura vu le triomphe de Bouli Lanners, réalisateur du film « Les Premiers, les Derniers » avec pas moins de 5 Magrittes sur huit nominations ! Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un second rôle (David Murgia), meilleurs décors (Paul Rouschop), meilleurs costumes….si vous n’avez pas encore vu le dernier Bouli Lanners offrez-vous une séance de rattrapage !

La descente des marches,la séance photo et le palmarès complet ici

La grande fête du 7e art, c’est demain

En passant Publié le Mis à jour le

téléchargement (17)

 

C’est au total, 21 Magritte qui seront décernés à l’ensemble de la profession du 7e art lors de cette soirée qui sera diffusée en direct et en clair sur Be tv, partenaire de l’événement et producteur.

En 2016, « Le Tout Nouveau Testament » de Jaco Van Dormael était reparti grand gagnant de la cérémonie, avec 4 distinctions.

Cette année Marie Gillain, Virginie Efira, François Damiens et Bouli Lanners figurent parmi les nommés pour cette 7e cérémonie des Magritte du Cinéma, qui récompenseront le meilleur du cinéma belge

Depuis le lancement des Magritte du cinéma, plus de 500 films ont été soumis au vote des professionnels, souligne l’Académie André Delvaux, qui précise que 72 films étaient éligibles pour cette 7e cérémonie.

Cette édition 2017 des Magritte du Cinéma sera présidée par Virginie Efira, avec Anne-Pascale Clairembourg en maîtresse de cérémonie

André Dussolier,Magritte d’honneur 2017

En passant Publié le Mis à jour le

téléchargement (16)

 

C’est Monsieur André Dussollier qui cette année recevra le Magritte d’honneur pour cette édition 2017

44 ans de carrière,plus de 90 films,22 pièces de théâtre 3 Césars 1 Molière

Des chiffres éloquents d’un prestigieux parcours de ce comédiens incontournables du cinéma français.

C’est Virginie Efira et Anne-Pascale Clairembourg présidente et maitresse de cérémonie. qui accueilleront sur scène André Dussolier pour lui remettre son Magritte d’honneur.

Cannes, 69ème édition…première journée…

En passant Publié le Mis à jour le

13179410_1711229862449177_831951902810509583_n

 

 

…. et première pour Potus&Motus. Á peine arrivés, nos accréditations autour du cou, la préposée aux sur-badges pour les marches et les photo-call tend à Potus les sésames tant rêvés ! Retour maison, de no-smoking à smoking en quelques minutes puis retour au palais des festivals !!!